Ecoutez-vous, vous êtes en deuil

65a7d843406b5aa8841cd7affbeb2c05

Autorisez-vous à vivre vos émotions et vos envies sans jugement
Vous avez le droit d’être fatigué(e). Cela ne veut pas dire que vous êtes faibles. Vivre un deuil puise énormément d’énergie et souvent le sommeil vous a quitté.
Vous avez le droit d’avoir envie de rester sous la couette toute la journée et de n’avoir envie de voir personne. Cela ne veut pas dire que vous n’avez pas de volonté.
Vous avez le droit d’éclater de rire et de partager des bons moments entre amis et avec votre famille. Cela n’enlève rien à votre tristesse.
Vous avez le droit de pleurer, même devant les enfants. Montrer sa vulnérabilité est aussi une force.
Vous avez le droit d’avoir envie de retrouver l’amour et de faire des rencontres. Cela ne veut pas dire que vous oubliez votre défunt (e) mari ou épouse.
Vous avez le droit d’aimer à nouveau. Cela ne veut pas dire que vous trahissez votre défunt(e) conjoint(e), ni que vous reniez cet amour.
Vous avez le droit d’avoir envie de tendresse et de contacts charnels. C’est la vie qui s’exprime en vous.
Vous avez le droit de vous sentir abandonné et d’être en colère contre l’être aimé qui a disparu. Il s’agit juste de l’expression de votre tristesse.
Vous avez le droit de parler de l’être aimé. Cela ne veut pas dire que vous vivez dans le passé mais que vous y puisez la force pour reconstruire.
Vous avez le droit de parler de la mort, car celle-ci aide à prendre conscience que la vie est sacrée.
Vous avez le droit d’avoir l’impression de voir, d’entendre ou de sentir l’odeur de celui qui est parti. L’inexplicable et l’irraisonné font partie de votre vie, c’est ce que vous ressentez.
…Et vous avez le devoir de prendre soin de vous, de vous aimer, de vous faire plaisir, de vivre tout simplement…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *