Quand une base de données a le pouvoir de donner vie et mort

Je suis allée chercher des médicaments dans une pharmacie où je n’étais pas allée depuis 4 ans.

Je donne ma carte de sécurité sociale et la pharmacienne remarque mon changement de caisse. Elle en déduit que j’ai changé d’adresse.

Consciencieuse, elle entreprend alors de réactualiser les données liées à mon compte et par conséquent, celle de mes fils.

Et voilà qu’elle me demande  » Bernard, c’est votre mari ? »

Je m’entends lui répondre un simple   » oui » alors que mille choses me viennent, me reviennent en tête.

Elle continue ses questionnements ignorant tout de la bombe d’émotions qu’elle vient de faire exploser en moi  » Je le mets aussi à la même adresse ? »

 » Mon mari est décédé « .

Je la vois se confondre en excuses et moi de la rassurer  » ça fait 7 ans  »

Comme si le nombre des années venaient atténuer la perte…

Étrangement, je lui suis reconnaissante d’avoir fait cette maladresse.

Parce que Bernard reprenait soudainement place dans ma vie.

Parce que preuve existait encore aujourd’hui qu’il avait existé, même pour un anonyme.

Parce que je redevenais son épouse aux yeux des autres l’espace d’un instant.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *